ShanghART Gallery 香格纳画廊
Home | Exhibitions | Artists | Research | Shop | Space

Ding Yi

Author: Franck SERRANO 2004

'J'ai été, tout d'abord, parfaitement ignorant en matière de peinture. Mais la méditation m'a introduit à l'activité, absence d'activité particularisée' -- Huang Ting Kien

'J'ai souvent, en traitant de peinture, exprimé l'opinion que les hommes, les animaux, les batiments, les ustensiles, possèdent tous une figure constante. ' --Sou Chen

MORPION

On pourra longtemps se poser la question du choix du motif à propos de Ding Yi. On pourra énoncer de multiples références, picturales ou philosophiques mais l'on ne pensera rien si on ne s'attache pas tout d'abord à regarder le motif tel qu'il est et tel qu'il est, par exemple, apparu dans certaines toiles de You Yuhan. Nous pensons particulièrement à cette série de toiles de Mao où se détachent croix et fleurs. Ce que l'on a appelé le pop politique n'est rien. On a voulu faire de You Yuhan un chef de file de mouvement mais on s'est trompé sur l'identité de ses enfants. Le seul élève digne du Grand maitre est bien entendu Ding Yi. La toile de Mao a tiananmen, biffée de croix qui vibrionnent a du faire sensation sur le jeune Ding Yi, il y a surement trouvé là quelques principes. Les croix chez You Yuhan ressemblaient encore trop à des étoiles, et les fleurs (mao pingpong) à des fleurs. Mais il y avait là quelque chose d'aussi puissant que l'air et qu'il fallait bien explorer. Ainsi Ding yi a t'il commencé en ajoutant de la matérialité, du relief et du rugueux là où il privait le motif de toute expréssivité et le dépouillait à l'extrême ( c'est la cas des très belles toiles à la craie sur la toile nue).

Alors que ses confrères n'en finissait pas de reproduire des Mao pour se débarasser d'une imagerie encombrante, Ding Yi, seul, ramenait l'espace de la toile à une unité de mesure typographique et se retrouvait devant un infini qu'il fallait traiter avec le plus grand soin. Alors que ses confrères se déchiraient en débats culturels plus ou moins vains, Ding Yi se trouvait rejeté en pleine mer, ou milieux de possibles exponentiels, à mettre en place une vigoureuse conquête : celle de la toile. Celle ci remarqua t'il était déjà rayée. Un simple trait et son immensité, sa complexité et son étendue excitait le regard. Pas seulement le regard puisqu'un deuxième trait y ajoutait du rythme. Ou plut?t rien ne s'y ajoutait, c'est la toile elle même qui se démultipliait.

Ainsi la peinture de Ding Yi que l'on présente abusivement sous le c?té du projet et de l'ascèse était elle d'abord un Jeu. Un jeu de construction enfantin et très libre, aux possibilités infinis et qui réclame une énergie de Titan. Nous croyons que si Ding Yi avance avec méthode c'est poussé par une sensation de vertige.

MISE EN ABIME

La première série des tartans ( les rouges) entraine une avancée considérable. Une redécouverte de la perspective, une mise en rythme de la profondeur. Le mouvement s'accélère et l'on assiste à un véraitble jeu de miroirs. La peinture se fait échevaud, elle tisse un labyrinthe, une symphonie. C'est à partir de là que Ding Yi devient une figure de l'abstarction. Il y deux types de peintres abstraits : ceux qui espèrent tout de la couleur au risque de s'y noyer (Klein , Rothko) et ceux qui sont à la recherche d'une tension ( Rieman, Michaux). Ding yi au moment où son art se couche sur le tartan devient une figure de l'abstraction au deuxième sens du terme. Le support et les motifs entament une lutte chatoyante, un ballet herculéen, et la musique appara?t( les cuivres des jaunes, les verts fl?tes). Le tableau se charge irrémédiablement et une fureur sourde, un magma de notes se fait mena?ant. On s'imagine alors Ding Yi échevelé devant une mer dévastée ou un tableau de Friedrich. Il s'agit bien de Romantisme, de l'ame prise au piège de son miroir. Le drame n'est pas loin et pour Ding Yi le risque est grand alors d'être aspiré par la toile, de s'y demener et de s'y noyer. Déjà quelque chose de très fou et sauvage se détache mais à chaque fois Ding Yi rétablit le carré parfait du motif. La géométrie reprend ses droits et ne laisse voir que par à coups la violence du combat. C'est aussi à se moment là qu'il commence à transformer le carré en losange, trouvant là une nouvelles dynamique ( centrifuge).
Andy Warhol, dans son journal s'est un jour demandé si un miroir pouvait voir son propre reflet. Ce n'est bien entendu pas une question qui interroge la représentation mais une question d'Optique c'est à dire de physiques ou de forces contraires. Le losange non seulement démultiplie les motifs mais aussi le centre de la toile. C'est la spirale qui n'a pas de centre mais un trou-creuset qui se répète et se différencie par là même, c'est l'infondé, le sans fond, qui ne retient aucune forme. Aussi là encore Ding Yi, mettant toute sa force à échapper au devenir fou de la toile nous fait prendre un losange pour un carré. Ce qui est géométriquement juste.

LE GEOMETRE PAYSAGISTE

A partir de là Ding Yi rajoute un nouvel élément à sa démarche. S'il se sert toujours du tartan, il en recouvre désormais le motif d'une couche de peinture. Le tartan g?t sous une croute translucide et glissante. Le jeu des croix s'appuie maintenant sur une fausse transparence. Elles y gagnent en vie propre, en individualité, comme des arbres soulevés par la brume et qui se détachent d'elle, un à un … dans la lumière du matin. Les toiles gagnent en lumière. Le tartan n'appara?t plus que comme sédiment, le souvenir vaseux des excès de la veille. ? L'aurore aux doigts de roses ? comme il est dit dans l'Odyssée d'Homère. La nature reprend ses droits et Ding Yi se fait paysagiste. Les croix qui se superposent toujours semblent plus légères, la peinture argentée incrustée de paillettes, fait flotter les motifs comme des flocons et vibrent comme des étoiles. Tout s'aère, s'agite et la composition se fait plus libre. Le géologue-géomètre est sorti les yeux rougis du magma et peut contempler l'aube d'été.

LES LUMIERES DE LA VILLE

Ding Yi s'intéresse de plus en plus à l'architecture et a même développé un projet pour l'azia boulevard à Pudong qui marie radicalité et minimalisme. Ses dernières toiles semblent dialoguer avec l'architecture urbaine. Certaines ont une très grande tendance à la verticalité et toutes ont fait exploser le carré qui donnait auparavant son harmonie à la toile. La géométrie minimale produit désormais de l'organique. Les formes qui se composait auparavant par des jeux de lumières et presque accidentellement ( parce que soumises aux jeux de lumière) prennent corps. Nul doute que Ding Yi nous donne à voir là sa cité idéale, celle dans laquelle il habite et qui est en construction et transformation permanente. Son jeu austère et furieux avec les formes les plus élémentaires lui donne à présent le droit de doubler le temps de celui de son rêve.

La rencontre de son art et de la ville qui nous ai donné à vivre est saisissante. Le terrain gagné au fil des années est immense. Son art atteint là une sorte de maturité grace à laquelle il peut s'ouvrir à d'autres champs d'expérimentation. L'architecture en est une, et pas des moindres. Aucun artiste n'a réussi pour le moment à peindre Shanghai de fa?on convaincante. Ding Yi nous propose une matrice qui nous en donne le rythme et les pulsations.

Related Artists:
DING YI 丁乙

上海香格纳文化艺术品有限公司
办公地址:上海市徐汇区西岸龙腾大道2555号10号楼

© Copyright ShanghART Gallery 1996-2019
备案:沪ICP备09094545号

沪公网安备 31010402001234号